Date de sortie : 9 octobre 2019 (1h 22min)

De : Lorenzo Mattotti

Avec : Jean-Claude Carrière, Leïla Bekhti, Thomas Bidegain

Genre : Animation

Nationalités : Italien, Français

SYNOPSIS ET DÉTAILS

Tout commence le jour où Tonio, le fils du roi des ours, est enlevé par des chasseurs dans les montagnes de Sicile… Profitant de la rigueur d’un hiver qui menace son peuple de famine, le roi décide alors d’envahir la plaine où habitent les hommes. Avec l’aide de son armée et d’un magicien, il réussit à vaincre et finit par retrouver Tonio. Mais il comprend vite que le peuple des ours n’est pas fait pour vivre au pays des hommes… 

Du conte au film

La Fameuse Invasion des ours en Sicile est inspiré de La Fameuse Invasion de la Sicile par les ours, un roman pour enfants écrit par Dino Buzzati et publié en 1945. Pour Lorenzo Mattotti, porter à l’écran ce livre était naturel : “c’est une sorte de boîte magique, ce livre. Il y a de l’amour pour raconter aux enfants, le jeu du narrateur qui joue et qui parle toujours. Il y a plein d’idées à droite, à gauche”. 

Adaptation

Lorenzo Mattotti était entouré pour l’écriture du scénario de Jean-Luc Fromental et Thomas Bidegain : “C’était un bon équilibre. Je voulais être très fidèle au livre. Jean-Luc Fromental est très littéraire, il était donc très attentif aux mots et à la logique. Thomas Bidegain, c’est une bête de cinéma”. Ensemble, ils ont dû simplifier le roman qui multiplie les personnages et en abandonne certains au cours du récit. Ils ont cependant créé de nouveaux personnages afin de renforcer la cohérence de l’histoire : le vieil ours, la petite fille et Gedeone.

De la 3D à la 2D

L’équipe a travaillé pendant un an sur la 3D du film. Deux teasers en 3D ont été réalisés par deux équipes différentes mais la production s’est aperçue que le budget était insuffisant pour cette technologie. Le réalisateur revient sur l’emploi de la 2D : “On a essayé de trouver des manières d’utiliser la 2D de façon différente, dans les décors, dans les atmosphères, en faisant ça de manière graphique et poétique. Je voulais aussi une très grande profondeur tout le temps. […] Je voulais jouer avec les possibilités du grand écran. Les mouvements de caméra sont compliqués à faire et chers”.

Inspirations

Le réalisateur s’est inspiré des peintures de la Renaissance pour styliser l’univers de son film. Il fallait veiller à ne pas dessiner un monde réaliste. Il s’est également nourri d’Orson Welles qu’il adore et de son travail sur les ombres : “les ombres des silhouettes, les ombres sur les murs, la lumière, les jeux de lumière… J’adore. Après, j’ai dû faire très attention à ne pas être trop sombre dans le film”. Enfin, les illustrations de Dino Buzzati ont elles aussi servi de modèle.

La voix du vieil ours

L’écrivain et scénariste Jean-Claude Carrière prête sa voix au vieil ours. Lorenzo Mattotti lui a simplement proposé de participer à son film après l’avoir rencontré par hasard : “tout de suite, il m’a fait confiance. Il a fait un travail magnifique, avec sa voix profonde”. En italien, le personnage est doublé par le romancier Andrea Camilleri, décédé quelques mois avant la sortie du film, en juillet 2019.