Date de sortie : 9 octobre 2019 (1h 53min)

De : Nicolas Vanier

Avec : Jean-Paul Rouve, Mélanie Doutey, Louis Vazquez

Genre : Aventure

Nationalité : Français

SYNOPSIS ET DÉTAILS

Christian, scientifique visionnaire, étudie les oies sauvages. Pour son fils, adolescent obnubilé par les jeux vidéos, l’idée de passer des vacances avec son père en pleine nature est un cauchemar. Pourtant, père et fils vont se rapprocher autour d’un projet fou : sauver une espèce en voie de disparition, grâce à l’ULM de Christian ! Commence alors un incroyable et périlleux voyage…

Biodiversité

Après Au nord de l’hiver, L’Enfant des neiges, L’Odyssée blanche, Le Dernier trappeur, L’Odyssée sibérienne, Loup, Belle et Sébastien, L’Odyssée Sauvage et L’Ecole buissonnière, l’explorateur et réalisateur Nicolas Vanier continue de nous parler nature et relations humaines avec Donne-moi des ailes. Inspiré de l’histoire de Christian Moullec, pionnier du vol en ULM avec les oiseaux, le film a pour vocation à sensibiliser sur la question de la biodiversité. Un engagement auquel se sont attachés les comédiens principaux, Mélanie Doutey et Jean-Paul Rouve, dès le début du tournage : “La première chose que Nicolas Vanier m’a dite, c’est : “Sache que j’aurai aussi besoin de toi après, afin de mener à bien le projet de Christian Moullec pour réintroduire l’oie naine dans la nature”, a déclaré l’ex-Robin des Bois à Paris Match.

Intérêt de Nicolas Vanier

Nicolas Vanier explique ce qui l’a attiré dans le combat de Christian Moullec, dont il s’est inspiré pour Donne-moi des ailes : “Je suis très admiratif de ce qu’il a osé et réussi à faire avec les oies sauvages, ce défi un peu fou de voler avec elles en ULM afin de leur apprendre un nouvel itinéraire de migration. Sa détermination ressemble finalement à la mienne, savoir se mobiliser pour ce qu’il reste encore à sauver dans la nature car, quand une espèce disparaît, c’est malheureusement irréversible. Les oies naines sont en train de s’éteindre peu à peu. Les routes migratoires qu’elles empruntent depuis des millénaires ne sont plus viables désormais. Il y a sur leur route une quantité d’obstacles : le manque de nourriture sur leur parcours, la pollution lumineuse, les dangers des aéroports ou les zones de chasse non contrôlées.”

Thématiques chères à Vanier

Pour Nicolas Vanier, raconter l’histoire de Christian aurait été parfaite en documentaire, mais le parcours de ce dernier a suscité chez le cinéaste l’envie d’écrire un roman (“Donne-moi des ailes”, XO éditons) et un film qui puisent aussi dans des thématiques qui lui sont chères. “Tout d’abord le thème de la transmission entre générations, en l’occurrence celle entre un père et son fils. Mais aussi, et c’est quelque chose que je connais bien, le portrait d’un homme tellement passionné et engagé dans ce qu’il fait qu’il en oublie parfois l’essentiel de la vie, les amours, la famille ou les amis. Tout ce qui fait qu’une vie est riche. D’où mon envie de parler aussi de reconstruction familiale. Voilà ce que pourraient être les colonnes vertébrales de Donne-moi des ailes”, précise-t-il.

Filmer en plein vol

Pouvoir tourner en vol, en faisant des images de grande qualité, était l’un des principaux défis du film. Nicolas Vanier et son équipe ont ainsi fait beaucoup d’essais, de tentatives ratées et ont testé beaucoup de matériels différents. Il se rappelle : “Le peuple migrateur de Jacques Perrin est pour moi un film absolument magnifique mais je sais que la technique actuelle nous permettait d’aller encore plus loin. Nous sommes passés par beaucoup d’efforts, d’essais, de périodes de découragement même si ce défi était passionnant à relever. Sans entrer dans les détails, il y a aujourd’hui des technologies permettant d’utiliser des caméras qui se positionnent précisément par rapport à l’horizon grâce à un GPS. Elles permettent d’obtenir des images extrêmement stables, malgré les vibrations et sans effet stroboscopique qui, il y a quelques années encore, décomposaient les mouvements.”

Thématique similaire

Donne-moi des ailes n’est pas sans rappeler L’Envolée sauvage sorti en 1994 et dans lequel une fillette (Anna Paquin) initie de jeunes oies au vol et à la migration à l’aide de son ULM.

Révélation

Après Félix Bossuet (Belle et Sébastien) et Jean Scande (L’Ecole buissonnière), Nicolas Vanier révèle une nouvelle fois un jeune acteur pour ses débuts au cinéma en la personne de Louis Vazquez. “Ce sont toujours des choix compliqués puisque j’aime donner leur chance à de jeunes acteurs qui ont peu ou pas d’expérience en cinéma. C’est souvent un combat. Je me souviens m’être battu pour imposer Félix Bossuet pour le rôle de Sébastien. Une nouvelle fois, nous avons fait un long casting de plusieurs milliers de jeunes acteurs puis, avec ma directrice de casting, nous en avons retenu une centaine puis nous avons travaillé avec une quinzaine d’entre eux. Au final, Louis s’est imposé et il a été formidable. Il a appris à piloter et a adoré cela, malgré les contraintes d’un tournage compliqué”, se souvient le metteur en scène.

Visée pédagogique

Donne-moi des ailes donne lieu à un travail pédagogique fait en partenariat avec l’Éducation Nationale. Il y a en effet 420 millions d’oiseaux qui ont disparu du ciel européen ces trente dernières années. Nicolas Vanier précise : “Les oies naines sont extrêmement menacées. On s’achemine vers des chiffres encore plus catastrophiques dans les années à venir. Les études actuelles montrent qu’entre le réchauffement climatique et l’effet des pesticides, près de deux tiers des oiseaux sont en danger et il n’est pas illusoire de penser à une éradication totale des espèces. Comment concevoir qu’un matin, plus aucun oiseau ne chante ? Va-t-on continuer à danser sur le bateau sans se soucier de la disparition de la faune et l’assèchement des ressources? Je n’aurais pas pu faire ce film sans qu’il soit accompagné d’une opération que nous menons avec Allain Bougrain-Dubourg, La ligue pour la protection des Oiseaux, le Conservatoire national du Littoral, le Muséum d’Histoire Naturelle et le ministère de l’Éducation Nationale.”